• Après avoir apprécié le jazz, aimé le skiffle et adoré le rock'n'roll, le Royaume-Uni a succombé au blues. Dans l'Angleterre des années 1960, de jeunes musiciens ont révélé leur talent en s'appropriant cette musique venue des bayous de Louisiane ou des ghettos de Chicago. Le British Blues qui a émergé dans le quartier de Soho avec Alexis Korner et Cyril Davies (et s'est développé avec des musiciens comme John Mayall et ses Bluesbreakers, Peter Green et Fleetwood Mac, Van Morrison et Them) a eu une telle importance qu'il a laissé une profonde empreinte dans l'histoire de la musique populaire. Après son déferlement sur l'Europe et le reste du monde, le British Blues a revigoré le blues aux Etats-Unis même et redonné leurs lettres de noblesse aux créateurs originels. Au coeur du swinging London, dans les clubs, les festivals, les émissions de la BBC ou sur les ondes des radios pirates, on croise ici les chemins de ces groupes qui ont marqué les sixties et les décennies suivantes : les Rolling Stones, les Yardbirds (avec Eric Clapton dès 1963, puis Jeff Beck et Jimmy Page), les Kinks, les Animals, les Pretty Things, les Who, les Moody Blues.

empty