Patrick Deville

  • Amazonia

    Patrick Deville

    À bord de la Jangada, Patrick Deville et son fils remontent le fleuve Amazone sur les traces des grands aventuriers. Du Brésil jusqu'en Équateur, d'un océan à l'autre, ce périple est l'occasion d'un voyage littéraire où se côtoient Jules Vernes, Blaise Cendrars et Montaigne. En traversant l'histoire et le territoire de l'Amazonie, père et fils sont aussi les témoins impuissants du désastre climatique dans un monde qui court à son extinction...

  • Peste & choléra

    Patrick Deville

    Jeune chercheur de la « bande à Pasteur », Alexandre Yersin rêve de nouveaux horizons. À l'image de Livingstone, il veut être savant et explorateur. De la rue d'Ulm à l'Indochine, il découvre le monde en même temps que le bacille de la peste, loin du brouhaha des guerres. Marin, médecin, baroudeur, cet oublié de l'histoire aura fait de sa vie une folle aventure scientifique et humaine.

  • Kampuchéa

    Patrick Deville

    De la découverte fortuite des temples d'Angkor par le naturaliste Henri Mouhot, en 1860, jusqu'au procès de Douch et des Khmers rouges, nous voici raconté un siècle et demi de l'histoire du Cambodge. Avec le secours de Conrad, Malraux, Loti et d'autres grands écrivains voyageurs, le narrateur remonte le fleuve Mékong et l'Histoire tragique d'un pays qui se rêvait le Paris de l'Extrême-Orient.

  • Taba-Taba

    Patrick Deville

    Au volant d'une Passat, sur la D64, Patrick Deville se souvient : à Mindin, l'enfant boiteux qu'il était promène son index sur un atlas. Le jeune homme se fait alors une promesse : bientôt, le monde n'aura plus de secrets pour lui. Après avoir honoré ses engagements, le garçon, aujourd'hui devenu grand, est de retour sur sa terre natale. Pour lui, une quête ancestrale se dessine au rythme de l'Histoire.

  • Viva

    Patrick Deville

    Lorsque Léon Trotsky débarque en 1937 à Tampico, sa gloire politique est derrière lui. Il est l'exilé à qui seul le Mexique a accordé le droit d'asile. Accueilli chez Frida Kahlo et Diego Rivera, il demeure cet homme remarquablement intelligent écarté de tout pouvoir et qui ne peut plus qu'écrire. Au même moment, Malcolm Lowry est à Cuernavaca pour écrire son grand chef d'oeuvre, Au-dessous du volcan. Sans jamais se rencontrer, les deux hommes croisent et décroisent leurs destins, d'un passé mouvementé vers une issue fatale. Grand voyageur, esprit cosmopolite, Patrick Deville est né en 1957. Il a publié une dizaine de livres, dont Kampuchéa (prix Nomad's), Pura Vida, Équatoria et Peste et Choléra disponibles en Points, et a été récompensé par de nombreux prix (prix Femina, prix du roman Fnac, prix des Prix littéraires .).

  • Equatoria

    Patrick Deville

    De São Tomé à Zanzibar, un éternel voyageur nous emporte dans son errance africaine, sur les traces du légendaire Savorgnan de Brazza, le découvreur de fleuves. Comme lui, il arpente le continent et sillonne les eaux de l'Ogooué. Au cours de sa traversée, il consigne les vies de Livingstone, Stanley, Emin Pacha ou Albert Schweitzer, attentif à l'incongru comme à la beauté du monde.

  • William Walker est un lecteur de Byron, un enfant du siècle romantique. Quand sa fiancé meurt, il noie son chagrin dans l'aventure, arme un équipage, part en flibuste et devient président du Nicaragua. Il finira fusillé sur une plage hondurienne. De William Walker à la chute des sandinistes à la fin du XXe siècle, en passant par Simon Bolivar et Che Guevara, deux siècles de révolutions latino-américaines.

  • Devenir lecteur est l'oeuvre d'une vie, pas seulement lire des livres mais lire la bibliothèque et découvrir les liens, les échos, les passages secrets entre les rayonnages, compulser et annoter les livres écrits sur d'autres livres : la lecture, la relecture surtout suscitent la connivence des lecteurs et enrichissent l'amitié, embellissent les histoires d'amour, offrent le calme et le retrait nécessaires à la pensée, à l'imagination, à la rêverie.

  • Minuit

    Patrick Deville

    « Il avait dû se tromper d'avenir dans un vestiaire du temps où il faisait du sport, et repartir avec celui d'un autre sur l'épaule. » D'abord, il y a le ton résolument moderne qui surprend : ce goût pour l'ellipse et les échappées, ce plaisir de la vitesse en prose. Puis, c'est le charme décousu des personnages qui opère : mélancolique et fantaisiste, chacun libère un parfum d'étrangeté à la fois déconcertant et familier. Enfin, c'est le génie de l'écrivain qui saisit : cette maîtrise de la fiction, l'insignifiant qui prend sens. Car finalement Patrick Deville, c'est surtout le jeu pur de la langue, reflet du monde fantasmatique qui traverse ses premiers écrits.

  • Sic transit

    Patrick Deville

    " Ainsi passe la gloire du monde. " La phrase latine apparaît au détour d'un de ces trois livres et dit leur projet commun - trois romans d'aventures sans fiction qui, pendant un siècle et demi, de 1860 à nos jours, entremêlent sur trois continents les vies d'hommes illustres et les vies d'inconnus : Pura Vida en Amérique, Équatoria en Afrique et Kampuchéa en Asie.
    Un enquêteur suit les traces des traîtres et des héros, lit les journaux, consigne dans ses carnets les horreurs de la guerre et la beauté des paysages, décrit les fleuves et les volcans, les jungles et les oiseaux. En cette année 1860, pendant qu'on fusille William Walker sur une plage du Honduras, Ferdinand de Lesseps entreprend de creuser le canal de Suez, et Henri Mouhot découvre dans les forêts du Cambodge les temples d'Angkor mangés de lianes. Après eux se succéderont les explorateurs, les colonisateurs et les décolonisateurs, et les grands rêves révolutionnaires fracassés de ce dernier siècle et demi : un claquement de doigts dans l'Histoire.

  • Fenua Nouv.

    Fenua

    Patrick Deville

    La Polynésie se décline en un poudroiement d'îles, atolls et archipels, sur des milliers de kilomètres, mais en fin de compte un ensemble de terres émergées assez réduit : toutes réunies, elles ne feraient pas même la surface de la Corse. Et ce territoire, c'est le Fenua.

    Comme toujours chez Deville, le roman foisonne d'histoires, de rencontres et de voyages. On déambule, on rêve. On découvre les conflits impérialistes et coloniaux qui opposèrent la France et l'Angleterre, on croise Bougainville, Stevenson, Melville, puis Pierre Loti sur les traces de son frère Gustave, ou Victor Segalen. Mais la figure centrale c'est Gauguin, le peintre qui a fixé notre imaginaire de cette partie du monde, entre douceur lascive et sauvagerie. Des îles merveilleuses qui deviendront, vers le milieu du xxe siècle, le terrain privilégié d'essais nucléaires dont le plus sûr effet aura peut-être été de susciter un désir d'indépendance...

  • Le tapis volant de Patrick Deville : entretien sur l'écriture avec Pascaline David Nouv.

  • Paris, May 1940. Nazi troops storm the city and at Le Bourget airport, on the last flight out, sits Dr Alexandre Yersin, his gaze politely turned away from his fellow passengers with their jewels sewn into their luggage. He is too old for the combat ahead, and besides he has already saved millions of lives. When he was the brilliant young protégé of Louis Pasteur, he focused his exceptional mind on a great medical conundrum: in 1894, on a Hong Kong hospital forecourt, he identified and vaccinated against bubonic plague, later named in his honour Yersinia pestis.Swiss by birth and trained in Germany and France, Yersin is the son of empiricism and endeavour; but he has a romantic hunger for adventure, fuelled by tales of Livingstone and Conrad, and sets sail for Asia. A true traveller of the century, he wishes to comprehend the universe. Medicine, agriculture, the engine of the new automobile, all must be opened up, examined and improved. Ceaselessly curious and courageous, Yersin stands, a lone genius,against a backdrop of world wars, pandemics, colonialism, progress and decadence. He is brought to vivid, thrilling life in Patrick Deville's captivating novel, which was a bestseller and shortlisted for every major literary award in France.

  • La Tentation des armes à feu rassemble quatre récits où joue l'image de la mort violente (réelle ou fantasmée). « Vie et mort de Baltasar Brum » tourne autour de la photo d'un Président du Conseil uruguayen quelques instants avant qu'il ne se suicide, en 1933, dans la rue où il attend les militaires
    putschistes. « Transcaucase express » suit les méandres d'un voyage, de Bakou à Tbilissi, sur les traces des poètes russes suicidés. Essénine- ou morts en duel, comme Pouchkine et Lermontov. « Un film sans l'Arabie » revient sur le tournage, à Paris en 1968, d'un film d'espionnage de Hitchcock,
    Topaz (L'Etau dans sa version française). « Le Parking du Papagayo », enfin, relate un dîner d'adieu avec une jeune femme que le narrateur surnomme « la Grande Infante de Castille », et dont la figure aimée et perdue traverse les quatre histoires.

  • Anglais PLAGUE AND CHOLERA

    Patrick Deville

  • Bruxelles, 1960 Kathleen aide sa mère à ranger son grenier. Elle y découvre de nombreuses planches de bande-dessinée, destinées à la presse clandestine durant la seconde guerre mondiale. Kathleen replonge alors dans son passé. 1943, Kathleen avait 12 ans. La jeune fille ne comprend pas grand-chose à la guerre. Son père, Fernand, tient un kiosque à journaux, Place de Brouckère. Un dimanche, Bob, un dessinateur, ami de Fernand, lui montre ses strips de BD.
    Des histoires corrosives à l'encontre d'Hitler, qu'il tente de faire publier dans un journal de la Résistance. Bob se sait surveillé par un collaborateur rexiste. L'atmosphère devient de plus en plus irrespirable à Bruxelles. Les rafles anti-juifs se multiplient. Les bombardements, aussi. Ils ne font pas la différence entre les bons citoyens et les collabos. Kathleen, Suzanne, la fille de Bob, et une de leur amie, enfant de rexiste, vont être au coeur de l'un d'entre eux.
    Les tensions qui en résulteront feront vaciller leur amitié.

  • Léopoldville 60. Alors que s'ouvre la Table ronde qui va décider du futur du Congo, la capitale de la colonie belge retient son souffle. Après ses débuts d'hôtesse à f Expo 58, Kathleen est engagée au sein de la prestigieuse compagnie aérienne Sabena. Ell découvre l'Afrique alors que certains sont prêts atout pour défendre leurs intérêts, Quitte à mettre le feu aux poudres.

  • En 1958, Kathleen Van Overstraeten, une jeune hôtesse belge, se trouve mêlée à des événements qui menacent le bon déroulement de l'Exposition Universelle de Bruxelles : vol au pavillon du Vatican, sabotage au pavillon de l'URSS... Dépassée par ces péripéties, elle est au coeur d'une lutte entre espions, en pleine guerre froide, pour faire échouer des négociations pour la paix.

  • Sur invitation du romancier Patrick Deville et emmenés par l'historien Antoine de Baecque, des historiens, des chercheurs et des auteurs de tous horizons - Michelle Perrot, Nicole Le Douarin, Pierre Nora, Michel Winock, Jacques Revel, Pierre Birnbaum, Chantal Thomas... - conversent. Ils se sont réunis pour échanger autour - et en présence - de l'historienne Mona Ozouf.
    Avec complicité, les historiens dialoguent, abordant avec Mona Ozouf son ancrage breton, ses années étudiantes et ses amitiés («la bande à Furet», «les dames du Femina»...). Ils retracent aussi son parcours intellectuel : la Révolution française et sa descendance politique, le féminin et le littéraire, la nation et l'école de Jules Ferry... Autour de ces thèmes majeurs de la vie et de l'oeuvre de Mona Ozouf se tressent débats, échanges scientifiques et souvenirs émaillés d'anecdotes.
    De ces rencontres est né ce livre en forme de conversation - à moins que ce ne soit l'inverse. Plus encore que la richesse et la fécondité d'une oeuvre, et la place profondément originale qu'elle occupe au carrefour de l'histoire, de la littérature et des idées en France, c'est en effet l'amitié qui cimente ce portrait d'une historienne emblématique de la vie intellectuelle française.

  • Sur invitation du romancier Patrick Deville et emmenés par l'historien Antoine de Baecque, des historiens, des chercheurs et des auteurs de tous horizons - Michelle Perrot, Nicole Le Douarin, Pierre Nora, Michel Winock, Jacques Revel, Pierre Birnbaum, Chantal Thomas... - conversent. Ils se sont réunis pour échanger autour - et en présence - de l'historienne Mona Ozouf.
    Avec complicité, les historiens dialoguent, abordant avec Mona Ozouf son ancrage breton, ses années étudiantes et ses amitiés («la bande à Furet», «les dames du Femina»...). Ils retracent aussi son parcours intellectuel : la Révolution française et sa descendance politique, le féminin et le littéraire, la nation et l'école de Jules Ferry... Autour de ces thèmes majeurs de la vie et de l'oeuvre de Mona Ozouf se tressent débats, échanges scientifiques et souvenirs émaillés d'anecdotes.
    De ces rencontres est né ce livre en forme de conversation - à moins que ce ne soit l'inverse. Plus encore que la richesse et la fécondité d'une oeuvre, et la place profondément originale qu'elle occupe au carrefour de l'histoire, de la littérature et des idées en France, c'est en effet l'amitié qui cimente ce portrait d'une historienne emblématique de la vie intellectuelle française.

empty